Un état d’urgence est déclaré. Voyez les mises à jour sur la COVID-19 (nouveau coronavirus)et consultez les fermetures, les annulations et les modifications aux programmes et aux services.

Compte satellite de la culture

Compte satellite de la culture

Grâce au compte satellite de la culture, les Néo-Écossais auront pour la toute première fois une idée juste de l’importance économique du secteur culturel.

Le compte satellite de la culture est un cadre comptable conçu pour mesurer l'apport économique de la culture, des arts, du patrimoine et du sport au produit intérieur brut (PIB) et à la création d'emploi.

Les données nationales du compte satellite de la culture publiées le 10 septembre lors de la rencontre des ministres de la culture à Charlottetown (Î.-P.-É.) sont éloquentes. Elles confirment que les activités dans le domaine des arts, de la culture et du patrimoine ont versé 47,8 milliards de dollars dans l’économie canadienne, ce qui représente environ 3,1 p. 100 du PIB total en 2010, et que 647 301 emplois étaient liés à ce domaine.

Le compte satellite de la culture est le fruit d’une collaboration entre la Table fédérale provinciale et territoriale sur la culture et le patrimoine, Patrimoine canadien et d’autres partenaires, de même que Statistique Canada qui a réalisé les travaux. Il utilise une série de concepts et de définitions du Cadre canadien pour les statistiques de la culture 2011 et repose sur le Système de comptabilité nationale du Canada.

« Le compte satellite de la culture est une preuve tangible de ce qui peut être accompli quand les administrations législatives au pays collaborent pour réaliser d'importants projets, a déclaré George Klass, président du Conseil de leadership pour la création en Nouvelle-Écosse. En créant des alliances au sein du secteur et en établissant de nouveaux liens dans tous les ordres de gouvernement, nous pouvons accroître la gamme de données du compte satellite de la culture et accorder un appui réel à la culture en tant que vecteur économique. »

En plus de fournir d’importantes informations sur le rôle de la culture à l’échelle nationale, le compte satellite de la culture fournit des données crédibles sur les effets de la culture sur le revenu du travail et le commerce industriel tout en permettant de comparer avec exactitude les données du secteur culturel d’une année à l’autre et de les comparer avec celles d’autres industries et d’autres autorités législatives.

« Le secteur culturel de la Nouvelle-Écosse n’est pas seulement celui des industries de la musique, du cinéma ou de l’artisanat, a ajouté George Klass. Il s’agit d’un grande communauté étroitement liée qui englobe les bibliothèques, les musées, les biens patrimoniaux, les identités culturelles, les langues, les arts, les industries de la création et l’éducation culturelle. La force combinée de ces entreprises peut donner lieu à une nouvelle croissance durable dans les différentes collectivités de la province, qui contribuera à la prospérité sociale et économique de la Nouvelle-Écosse. »

Avant 2004, les rapports de Statistique Canada sur l’impact économique de la culture utilisaient des données gonflées quand ils indiquaient le PIB, tenant compte des impacts indirect et induit tout comme de l’impact direct. Aujourd’hui, les données les plus exactes, les plus fiables et les plus comparables seront celles qui découleront seulement de l’utilisation des chiffres sur les impacts directs.

Le projet de création du compte satellite de la culture a été mené par le groupe de travail sur les statistiques culturelles, un sous-comité de la Table fédérale, provinciale et territoriale sur la culture et le patrimoine, qui a travaillé durant les six dernières années avec Patrimoine Canada, d’autres partenaires fédéraux fournisseurs d’une aide financière, le Creative City Network of Canada (qui comprend Halifax), et OCAD University à Toronto. La Nouvelle-Écosse a joué un rôle de premier plan à titre de coprésidente nationale du comité.

En premier, il a fallu faire une étude de faisabilité, ce qui a pris quatre ans. L’étude visait à mieux cerner le type de données économiques qui pourraient être établies pour la culture au niveau national et quelle méthodologie il faudrait utiliser pour y arriver. L’étude a pris fin en avril 2013 et les données obtenues ont servi au prélancement du compte satellite de la culture en août 2013 lors de la rencontre des ministres de la culture à Iqaluit au Nunavut.

« Il faut avoir des données cohérentes et fiables pour planifier l’avenir de l’économie de la création en Nouvelle-Écosse, a déclaré Cheryl Hodder, présidente du conseil d’administration d’Industries du film et de la création Nouvelle-Écosse. Avec des informations solides, nous pouvons établir une base de référence, mesurer la croissance et prendre des décisions fondées sur des données réelles. »

Maintenant que les données nationales du compte satellite de la culture ont été officiellement dévoilées, la prochaine étape sera de fournir les données provinciales et territoriales pour 2010, l'année de référence. La publication de ces données est prévue au printemps 2015.

 

 

Il faut avoir des données cohérentes et fiables pour planifier l’avenir de l’économie de la création en Nouvelle-Écosse