Un état d’urgence est déclaré. Voyez les mises à jour sur la COVID-19 (nouveau coronavirus)et consultez les fermetures, les annulations et les modifications aux programmes et aux services.

Plan d’action pour la culture

En Nouvelle-Écosse, la culture reflète qui nous sommes en tant que peuple, ce qui nous est cher, ce que nous créons et ce que nous conservons pour l’avenir. La culture rehausse la vie de chacun, nourrit nos collectivités et ajoute une valeur réelle et importante à l’économie de notre province.

En juin dernier, le compte satellite de la culture, un projet réalisé en collaboration avec des représentants provinciaux et fédéraux ainsi que Statistiques Canada, a révélé qu’en 2010, la culture avait injectée 47,7 milliards de dollars dans l’économie canadienne et 868 millions de dollars dans l’économie de la Nouvelle-Écosse (PIB). Cette importance dans l’économie est reflétée dans les statistiques liées à l’emploi. En Nouvelle-Écosse, 14 300 emplois sont directement liés à la culture, ce qui revient à dire qu’une personne sur 32 a un emploi lié à la culture.

Les avantages économiques et sociétaux de la culture ne montrent pas seulement la façon dont la culture modèle nos vies mais la façon dont elle s'aligne sur le rapport One Nova Scotia et les recommandations de la coalition One NS. Ces facteurs sont à l’origine de la nécessité pour le gouvernement d’avoir son tout premier plan d’action global pour la culture.

Au cours des derniers mois, le ministère des Communautés, de la Culture et du Patrimoine a travaillé à l’élaboration de son plan d’action. Il a déterminé les choses à accomplir, la procédure à suivre et, surtout, la façon d’obtenir la participation des Néo-Écossais.

Le premier défi a été de définir ce qu’est la culture, l’un des mots les plus difficiles à définir selon certains. Partout au pays et ailleurs dans le monde, les gouvernements ont élaboré des stratégies qui portent sur des aspects relativement étroits de la culture, comme les arts ou les industries de la création, et beaucoup de ces stratégies ciblent uniquement l’économie.

Après bien des discussions, il a semblé évident que dans le cadre du plan d’action, il fallait avoir une définition très large de la culture. La culture, c’est nos archives, nos bibliothèques, nos arts, notre patrimoine naturel, nos identités culturelles, notre architecture, nos langues, nos musées, notre diversité, nos industries de la création et bien plus encore. En fait, la culture porte sur l’ensemble du travail qui se fait non seulement à Communautés, Culture et Patrimoine mais aussi dans de nombreux services des gouvernements fédéral et provincial et des administrations municipales.

Compte tenu de l’objet et des buts du plan d’action, il fallait prendre en considération une gamme de facteurs tout aussi large pour établir les objectifs suivants :

  • Le plan doit prendre en considération le potentiel des activités culturelles pour soutenir notre économie et en assurer la croissance, et ce, grâce à des emplois solides dans les industries de la création et aux avantages économiques importants qui en découlent.
  • Le plan devrait étudier de quelle façon la culture contribue à la croissance et au bien-être individuels en offrant des occasions pour s’exprimer, en favorisant l’habilitation et en aidant les collectivités.
  • Le plan doit indiquer de quelle façon la culture fonctionne dans la société néo-écossaise comme facteur habilitant, une société où les créateurs, les entreprises et les organismes culturels offrent une base d’attraction, de durabilité communautaire, de créativité et d’innovation.

Après avoir déterminé le but du plan, un comité directeur a été créé pour indiquer la voie à suivre, donner son avis et approuver le processus proposé pour l’élaboration du plan ainsi que les étapes importantes, et ce, tout au long du processus d’élaboration.

Le comité directeur est formé des sous-ministres de certains ministères clés dont les activités ont des répercussions sur les activités culturelles, et qui appuient la politique du gouvernement. Il s’agit du ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, de Nova Scotia Business Inc., Office de la Planification et des Priorités, du ministère des Finances, du ministère de l’Entreprise, et de Communications Nouvelle-Écosse. Le président du Conseil de leadership pour la création en Nouvelle-Écosse fait aussi partie du comité directeur.

La collecte de données et d’opinions du secteur culturel et du public est un élément essentiel au succès du plan et un aspect important du processus. Le comité a fait appel aux conseillers des firmes WSP Canada, Revolve, et Corporate Research Associates pour mener les activités de mobilisation.

Les conseillers travailleront d’abord avec la communauté culturelle, puis avec le public. Ils utiliseront différents outils, tels que des sondages en ligne, la tenue d’ateliers dans la province et des entrevues en profondeur pour obtenir des données et jauger les opinions.

Ces précieux renseignements seront synthétisés dans un rapport final qui servira à la rédaction du plan d’action de la Nouvelle-Écosse pour la culture. Le résultat final visé sera un document qui décrira la valeur et l’importance de la culture néo-écossaise et qui présentera des mesures concrètes pour sa croissance et son essor.

Afin d’avoir un plan d’action pour la culture qui soit réussi et qui reflète réellement les préoccupations et les priorités des Néo-Écossais, nous désirons obtenir beaucoup de commentaires de la communauté culturelle et de la population néo-écossaise. Pour plus d’informations sur la façon dont vous pouvez participer, envoyez un message à Culture.Action.Plan@novascotia.ca.

 

La culture, c’est entre autres nos archives, nos bibliothèques, nos arts, notre patrimoine naturel, nos identités culturelles, notre architecture, nos langues, nos musées, notre diversité, nos industries de la création et bien plus encore.